1 juin 2020 Par laptitetartineeditions Non

L’Ombre d’Éva : “un peu de surnaturel, quelques meurtres, un gros secret de famille…”

Chronique écrite par  Gabrielle Viszs

Je remercie la maison d’éditions La P’tite Tartine pour l’envoi de ce livre papier. J’aime beaucoup la couverture, à la fois sombre et intrigante. Le format du livre est un peu plus grand qu’un livre traditionnel et l’écriture est assez grande pour mes yeux, ce qui est parfait !

Deux femmes se rencontrent dans un bar pour retrouver un homme. Une jeune femme est battue par trois hommes, sauvée in extrémis par un autre. Une jeune femme Eva voit sa mère à l’hôpital qui lui demande de trouver son père. 3 situations qui ne semblent pas avoir le moindre point en commun si ce n’est que l’homme recherché, qui sauve et le père est un seul et même homme : Eric Gautier. Il a disparu il y a dix ans sans donner la moindre explication, sans donner le moindre signe de vie. Pourquoi est-il parti ? Que cache-t-il ? Qu’est-ce que cette histoire cache réellement, car il y a bien eu un déclic pour qu’un homme parte en oubliant femme et enfant derrière lui ?

Alors que la mère d’Eva est à l’hôpital, dans un état critique, elle demande fortement à sa fille d’aller retrouver son père en lui donnant des indices. Sa mère ne sait pas où il est, mais pense qu’en allant voir une de ses amies et en retrouvant sa grand-mère qui se cache également, Eva doit pouvoir mettre la main dessus. Facile à faire, quand on a 19 ans, pas un sou en poche, vivant dans un foyer, aimant le gothique et préférant faire la fête. La rancœur, la haine de ce père absent et d’une mère qui a oublié d’être aimante, la solitude, tout cela donne une vie pénible à Eva. Cette jeune femme ne sait plus quoi faire. Écouter sa mère ou non, pourquoi devrait-elle le chercher ? Il les a abandonné !

Après une soirée arrosée avec ses amies en boite, elle se réveille chez un jeune homme Esteban qui les a apparemment sauvé d’une mauvaise nuit. Nuit déroutante, réveil compliqué, Eva part et se fait suivre par une jeune femme. La vie d’Eva est mouvementée et rejoint toujours ce but : retrouver Eric Gautier, son père. Son aventure n’est pas de tout repos et l’emmènera au Mont St Michel, en Bretagne, à Paris… Avec Anaëlle, la jeune femme va tenter de percer le mystère qui entoure sa famille. Entre la grand-mère qui disparait, son père qui a suivi le mouvement, sa mère malade et les cachotteries qui sont sans cesse camouflées, Eva ne sait plus où donner de la tête. Par chance Anaëlle va se montrer une véritable amie, même si leur relation du départ est chaotique. Entre quelques coups de poings, de surveillance, elles vont réussir à trouver un certain terrain d’entente.

Comme indiqué au départ, deux femmes, dans un bar, l’une est est journaliste et l’autre est enseignante cherchent également ce fameux Eric. Un prénom qui est sur toutes les lèvres. Pourquoi ? L’histoire de famille est sombre, mais pas de leur fait. c’est plutôt quelque chose sur laquelle ils sont tombés sans le vouloir, mettant en danger toute la famille Gautier. Tout le monde dans le même sac ! Enfin presque, car une surprise de taille nous attend à la fin du livre. Estelle et Nolwenn ont donc besoin de le retrouver. Les histoires se chevauchent pour se relier entre elles afin d’arriver au point final.

Eva est une jeune femme que la vie n’a pas sourit comme elle aurait aimé. Elle se sent abandonné de tous et toutes et lorsque son regard se porte sur cet Esteban un peu trop collant, son cœur bat un peu plus vite, sans oublier sa méfiance. Il est toujours là, comme s’il lui avait collé un gps sur les fesses. Son code vestimentaire la démarque des autres, son mal-être est à la fois ressenti et montré. Anaëlle a été sauvé et prend son avenir très à cœur. La recherche d’une famille n’est pas forcément la recherche du sang qui la compose. Eva va donc découvrir ses sombres secrets qui lui ont pourris sa jeunesse. Un combat difficile qui l’amènera aux portes du surnaturel.

L’histoire est rapide. L’auteur nous offre de nombreux événements les uns après les autres sans temps mort. Il est clair que le livre est petit en pages, ce qui m’a apporté ce manque dans l’histoire. Plus étoffé sur de nombreux points auraient été un gros plus. L’histoire de l’arrière grand-père et de ce qu’il a décidé, de ce fameux livre qui a toutes les solutions pour détruire une monstruosité, du passé d’Estelle et de Nolwenn. L’enquête d’Eva est intéressante, mais va trop vite. C’est ce que je reproche au récit. Des moments dans le passé ne sont pas indiqués et il nous arrive de nous retrouver avec une petite Eva sans l’avoir compris de suite. C’est dommage parce que l’histoire est vraiment très intéressante avec ce gros secret.

Les ennemis des Gautier sont nombreux et bien formés, étendus aussi. Le temps ne semble pas avoir d’emprise sur eux, ni même l’espace. Ils sont toujours dans l’ombre, près à leur sauter dessus pour les emmener dans leur cave. C’est presque une agence paramilitaire, sans le côté militaire bien entendu. Les auteurs sont en danger, la confrérie des méchants a décidé d’en finir avec la lecture ! Que nenni, il faut absolument que tout s’arrête, car les morts continuent de tomber. La fin reste sur une ouverture plus que potentielle. Est-ce qu’une suite est prévue ? J’avoue que là, je me demande bien ce qui pourrait se produire, vu que la relève semble prête.

En conclusion, un peu de surnaturel, quelques meurtres, un gros secret de famille, Eva va devoir reprendre sa vie en main et réapprendre à vivre. Une histoire pleine de rebondissements. Il m’a manqué plus d’approfondissements sur plusieurs points.

Retrouvez la chronique sur http://chroniqueslivresques.eklablog.com/l-ombre-d-eva-mickael-baudoin-a187945282