5 juillet 2021 Par laptitetartineeditions Non

Nass ou la civilisation perdue : “un roman défendant une idée principale en dénonçant nombre de sujets sociétaux.”

Chronique écrite par _pampelilune_

Ceux qui me connaissent savent que la dystopie n’est pas mon style de prédilection, il m’arrive toutefois d’en lire si le résumé m’intrigue. Avant toute chose, pour ce roman, je trouve pertinent le parti pris de @catherinecomblez de mentionner la volontaire violence et exagération de certaines scènes afin de prévenir les lecteurs non habitués aux dystopies.

Dans ce récit on suit Nass adolescente vivant dans une communauté exclusivement féminine, régie par ses propres lois, croyances. Les hommes présents sur l’île sont choisis parmi d’autres durant une exhibition plutôt violente. Chaque homme doit rester auprès de la femme par qui il aura été choisi, lui faire deux enfants, et retourner sur son île voisine. Nass choisira Nak. Alors qu’elle approche du terme de sa seconde grossesse Nass décide de fuir la communauté et mettre sa famille à l’abri. Leur périple les mènera finalement à partir vivre sur l’île d’où vient Nak afin de se construire une vie meilleure dans une nouvelle communauté. Mais ont ils fait le bon choix? La vie s’avérera t elle plus idyllique ailleurs?

Beaucoup de choses se passent dans ce roman, je trouve toutefois que certains points auraient gagné à être plus creusés, approfondis, pour ainsi donner une portée plus forte au message de Catherine. Mais la dystopie est un exercice difficile et ici les codes sont respectés et beaucoup de notions intéressantes sont dénoncées ou défendues.
C’est en effet un roman défendant une idée principale en dénonçant nombre de sujets sociétaux.